Video Player is loading.

Up next


PCB : Assemblée continentale du parcours synodal LGBTQ : le suicide de l'Église et de l'humanité

What is the truth
What is the truth - 519 Views
16
519 Views
Published on 15 Mar 2023 / In News and Politics

Regardez cette vidéo sur : https://begegnen.wistia.com/medias/t2cnt9v0k0
https://rumble.com/v2d9ery-assemble.html
https://cos.tv/videos/play/43086417802073088
https://www.bitchute.com/video/tp3ZCK7aIeXS/

https://vkpatriarhat.org/fr/?p=16288
https://bcp-video.org/fr/assemblee-continentale/

Abonnez-vous aux newsletters du PCB https://bit.ly/3Ozi9Rt

Il a été rendu public que les participants à l'Assemblée continentale européenne de Prague sont sous l'anathème de Dieu. Il en va de même pour tous les participants aux autres assemblées continentales. Ces assemblées se poursuivent en de nombreux endroits. Elles seront clôturées le 31 mars 2023.
Pour l'Amérique du Nord, c'est-à-dire les États-Unis et le Canada, l'Assemblée a culminé le 17 février 2023 à Orlando, en Floride. Les délégués de 268 diocèses y ont participé. La réunion finale a été précédée de 10 sessions virtuelles.
Pour l'Amérique du Sud, ces assemblées ont eu lieu à San Salvador du 13 au 17 février, à Saint-Domingue du 20 au 24 février, à Quito du 27 février au 3 mars et au Brésil du 6 au 10 mars. La réunion conjointe finale se tiendra à Bogota, du 17 au 20 mars 2023.
Pour l'Australie et l'Océanie, l'Assemblée continentale s'est tenue à Fidji du 5 au 9 février, pour l'Europe à Prague du 5 au 12 février, pour le Moyen-Orient à Beyrouth du 12 au 18 février, pour toute l'Asie à Bangkok du 23 au 27 février. En Afrique, elle a eu lieu à Addis-Abeba, du 1er au 6 mars.
Qui est l'initiateur de ce parcours synodal mondial ? Le pseudo-pape François. Aujourd'hui, nous voyons déjà que son principal agenda est la dévastation de l'Église plutôt que sa restauration. Il a choisi la légalisation de la sodomie comme principal moyen de parvenir à l'autodestruction de l'Église.
Pour la première fois, il a habilement approuvé la sodomie lors d'une conférence de presse en vol depuis Rio de Janeiro, en 2013. Il a déclaré à propos des homosexuels : « Qui suis-je pour les juger ? » En d'autres termes, Bergoglio ne qualifie plus la sodomie active de péché grave.
Le jeudi saint 2015, le pseudo-pape a publiquement embrassé les pieds d'un transsexuel. Par ce geste, il a approuvé non seulement la sodomie, mais aussi le transsexualisme. Aujourd'hui, ce dernier est associé à une chirurgie drastique de changement de sexe. Il s'agit d'un crime brutal commis contre la nature humaine.
Dans tous ses déplacements, mais aussi lorsqu'il réside au Vatican, l'attention de Bergoglio se porte principalement sur les homosexuels et les transsexuels. Il leur accorde de longues audiences individuelles au Vatican.
À l'époque où il était cardinal en Argentine, il a tiré les ficelles politiques afin de pousser à la légalisation des unions entre personnes de même sexe.
En Irlande (en 2018), le pseudo-pape a exhorté les parents à ne pas empêcher leurs enfants d'accepter l'homosexualité ou la transsexualité qui leur est imposée à l'école ou par la propagande publique. À son retour d'Irlande, une lettre de l'ancien nonce américain Carlo Maria Viganò a été publiée, dans laquelle ce dernier pointe ouvertement l'existence d'un réseau homosexuel dans l'Église, notamment le cas effroyable du cardinal McCarrick couvert par Bergoglio. Dans cette lettre, Viganò appelait donc Bergoglio à démissionner.
Le terme LGBT a été inséré subrepticement dans les documents de l'Église pour la première fois lors du Synode des jeunes de 2018.
Lors d'une conférence de presse donnée sur le vol de retour des Journées mondiales de la jeunesse au Panama en 2019, le pseudo-pape a donné son feu vert à l'éducation sexuelle pro-LGBTQ dans les écoles. Il a parlé sans vergogne aux médias de sexualité sans rigidité pour les enfants.
Lorsque les évêques américains ont voulu traiter objectivement le problème des abus sexuels, Bergoglio les en a empêchés. Il les a trompés en prétextant que le problème serait traité lors d'un synode des évêques à Rome. Or, c'est là qu'il a introduit une soi-disant pastorale ou un accompagnement pour les personnes homosexuelles, sans aucune exigence de repentance.
Au cours de l'été 2019, le documentaire Francesco a été présenté pour la première fois. Le pseudo-pape y fait la promotion du mariage homosexuel et de l'adoption d'enfants par des homosexuels.
En 2021, le pseudo-pape a ouvert le soi-disant parcours synodal prétendument destiné à restaurer l'Église. Mais en réalité, il creuse une tombe pour l'Église. Avant d'entamer ce processus synodal, il avait organisé le synode de l'Amazonie visant à légaliser l'idolâtrie. Il l'a même mis en pratique en intronisant le démon Pachamama au Vatican, en 2019. En 2022, le pseudo-pape s'est publiquement consacré à Satan et aux démons sous la direction d'un chaman au Canada. C'est une moquerie cynique à l'égard de tous les martyrs ! Ces martyrs ont préféré subir de cruelles tortures et mourir plutôt que de commettre une trahison telle que celle de François Bergoglio.
Il doit être clair pour tout le monde que le parcours synode de Bergoglio est en fait une fausse voie qui mène à l'autodestruction de l'Église plutôt qu'à sa restauration. Déjà en 2015, il a préparé à cette fin le document Amoris Laetitia, dans lequel il abolit les principes moraux universellement valables et, dans son subjectivisme, promeut la légalisation du péché. Ce n'est pas la voie du Christ, c'est celle de l'antéchrist.
Le 24 janvier 2023, Bergoglio a déclaré aux médias du monde entier que chaque évêque devait se convertir pour accueillir les personnes LGBTQ impénitentes au sein de l'Église. En outre, il a déclaré que l'homosexualité ne devait pas être criminalisée. Cela signifie qu'elle ne peut plus être nommée pour ce qu'elle est : un péché grave et une abomination – en grec, atimia (cf. Rm 1,26). Le pseudo-pape lutte donc non seulement contre les lois de l'État, mais aussi contre les lois de Dieu.
Ensuite, Bergoglio s'est rendu en Afrique. Il n'avait pas l'intention d'aider le peuple africain souffrant de l'oppression des élites, mais plutôt de préparer le terrain pour son programme autodestructeur. Cependant, il l'a stratégiquement dissimulé jusqu'au moment où, lors de la conférence de presse de son vol de retour, il a réaffirmé que l'homosexualité ne devait pas être criminalisée. Au fond, il approuvait aussi la pédophilie.
Avec tout cela, le pseudo-pape s'est attiré un anathème multiple, c'est-à-dire une expulsion de l'Église et une malédiction (cf. Gal 1:8-9). En même temps, il a montré clairement quel est le véritable objectif du parcours synodal. Il s'agit de la transition de l'Église catholique vers l'anti-Église du Nouvel Âge. Les moyens d'y parvenir sont la légalisation de l'idolâtrie et la légalisation des LGBTQ, c'est-à-dire la légalisation de l'immoralité au sein de l'Église. Le parcours synodal comprend également l'introduction du sacerdoce pour les femmes, ce qui est un élément purement païen. Les prêtresses païennes étaient également des prostituées sacrées.
À l'opposé, le sacerdoce établi par Jésus-Christ est réservé aux hommes. Qui est Bergoglio et pour qui se prend ce promoteur LGBTQ dévoué aux démons pour oser introduire un nouveau sacerdoce contraire à l'intention du Sauveur, aux Écritures et à toute la Tradition ? Le prétendu sacerdoce de Bergoglio est lié au paganisme, à l'homosexualité et à l'élimination de tous les principes moraux universels et des lois de Dieu ! C'est un processus de diabolisation ! Et tout cela fait partie de l'ordre du jour du soi-disant parcours synodal. Cela provoque un chaos total, des perturbations, une autodestruction, et apporte une malédiction.
L'évêque Bätzing, président du parcours synodal allemand, s'est révélé au grand jour lors de l'Assemblée continentale européenne à Prague. Le parcours synodal est ainsi devenu un précédent provocateur pour la légalisation de l'homosexualité dans l'Église, y compris le mariage homosexuel dans les églises et l'ordination de féministes ou de lesbiennes en tant que prêtres. Il s'agit d'une apostasie tragique de l'Église du Christ. Non seulement Bätzing n'a pas été réprimandé à Prague, mais il s'est comporté avec assurance comme une autorité. Cela est dû au fait que le pseudo-pape donne au parcours allemand une totale liberté d'action. Un accueil cordial à Bätzing a révélé que son agenda autodestructeur est égal à l'agenda du parcours synodal mondial de Bergoglio. Il n'y a pas de différence significative entre eux.
Bätzing a déclaré publiquement que la foi basée sur la révélation divine n'est plus sa foi, que le Christ n'est pas son image du Christ et que l'Église n'est pas son image de l'Église. Il s'agit donc d'une transition vers l'anti-Église du Nouvel Âge avec une nouvelle ecclésiologie. Le cardinal Müller, ancien préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, a qualifié le discours de Bätzing d'analyse épouvantable, et a déclaré aux médias que cette ecclésiologie allemande était fausse et suicidaire... Dans la déclaration suivante, le cardinal utilise même le mot "secte" : « La secte synodale allemande est diamétralement opposée à la foi catholique ». Dans l'ensemble, il souligne que « le parcours synodal est doctrinalement incompétent et canoniquement illégitime, car il est en contradiction apparente avec la doctrine de la nature et de la mission universelle de l'Église du Christ ».
Par ce parcours synodal, l'Église catholique lance une malédiction non seulement sur elle-même, mais aussi sur tous les continents. Les délégués des différentes nations apportent cette malédiction sur leur territoire. Il se passe quelque chose de similaire avec le calendrier mondial de la gay pride, qui énumère les défilés de la gay pride dans les capitales du monde entier. La démonstration ouverte de l'homosexualité attire la malédiction sur les territoires individuels et obscurcit par conséquent l'esprit des gens, de sorte qu'ils ne sont plus capables de distinguer entre ce qui est bon et mauvais, moral et immoral, et qu'ils perdent finalement leur conscience et échangent le chemin du salut contre le chemin de la destruction.
La forme spécifique de repentance salvatrice que Dieu attend se résume en trois points :
1) Chaque évêque qui a participé à l'assemblée du parcours synodal a porté l'anathème de Dieu (Ga 1,8-9) sur lui-même ainsi que sur l'Église du territoire qu'il représentait. Par conséquent, afin de sauver son âme et d’enlever la malédiction de ce territoire particulier, il est obligé de renoncer publiquement à son poste et de condamner le parcours synodal suicidaire LGBTQ.
2) S'il ne le fait pas, au moins trois évêques émérites devront, par l'autorité de leur charge apostolique et au nom de l'Église dans un territoire particulier, renoncer à la malédiction jetée par les participants au parcours synodal suicidaire LGBTQ.
3) Que doit faire chaque catholique aujourd'hui afin d’être sauvé de cette malédiction ? Prier l'Heure Sainte tous les jours, de 20h à 21h, et se joindre à la prière continue en s'engageant à une heure de prière supplémentaire - appelée veille de prière - au cours de la journée, à l'heure qui vous convient le mieux. Vous assurerez ainsi la continuité de la prière dans le territoire concerné. En outre, vous pouvez sanctifier la journée par sept courtes haltes de prière : au lever, à 9 heures, à 12 heures, à 15 heures, à 18 heures, à 21 heures et au coucher (cf. Ps 119, 164). Vous donnerez ainsi à Dieu une dîme de temps, soit 2,5 heures. C'est une forme adéquate de repentance et de changement de style de vie.
L'appel de Jésus à la repentance est lié à la parabole du figuier stérile. Le vigneron supplie le propriétaire de la vigne : « Monsieur, laissez-la encore un an : elle portera peut-être du fruit l'année prochaine ; sinon, vous pourrez l'abattre ». Vous, l'Église et la nation, vous êtes le figuier. Soyez conscients de la valeur du temps : encore une année !
Enfin, Jésus le souligne : « Si vous ne vous repentez pas, vous périrez tous ». (Il ne s'agit pas seulement d'une punition temporelle, mais de la menace d'une damnation éternelle ! Le chemin a été tracé, à savoir le parcours synodal LGBTQ. Ce parcours attire la malédiction sur les individus et sur des continents entiers, entraînant une dépopulation planifiée à l'avance. Jésus, Lui, nous appelle sur le chemin du salut, c'est-à-dire sur le chemin de la repentance. Entrez dans cette voie dès aujourd'hui, et persévérez pendant un an ! Vous vous sauverez et vous constituerez un exemple pour les autres. La repentance commune sauvera l'Église et la nation !

+ Élie
Patriarche du Patriarcat Catholique Byzantin

+ Méthode OSBMr + Timothée OSBMr
Evêques secrétaires

Le 2 mars 2023

Show more
Comments disabled by channel owner

Up next